fbpx

La CNCC est en soins palliatifs. IFEC danse la Salsa !

Après avoir convié à un Apéro PACIOLI fêtant la chandeleur, IFEC Paris invite le 23 mai prochain à un Apéro SALSA « pour terminer en beauté la période fiscale » et qui sera placé « sous le signe de la culture Cubaine ». Diantre, Cuba ! Un modèle d’économie libérale qui nous avait échappé… À quand la rumba, le cha-cha-cha ou la lambada pour fêter la loi Pacte ?

Pour notre part, nous verrions plutôt en Cuba un régime autocratique et despotique. Mais peut-être faut-il y voir surtout une secrète affinité avec la façon dont IFEC, à toutes les manettes des Institutions, se comporte envers la Profession. Il suffit d’aller sur le site de la CNCC : l’indigence de la communication est accablante… Nous allons y remédier un peu…

Les consœurs et confrères qui n’auraient pas tout-à-fait le cœur à danser, surtout à l’invitation de l’IFEC grand massacreur de l’exercice libéral du commissariat aux comptes, ne manqueront pas d’apprécier le croquis illustrant l’invitation où, si l’on cédait à l’humour grinçant, on pourrait voir « le rapprochement fonctionnel » CSO/CNCC :
  
  Laissons-là ces bouffonneries et penchons-nous sur les chiffres… Notre métier, après tout !
Le rapprochement CSO/CNCC prévoit un emménagement à l’automne dans l’immeuble « Le Jour », porte de Vanves. Le bail avec la CNCC a été signé le 21 février dernier pour un loyer annuel de 1 061 K€ pour 1 704 m² (Messine : 1 780 m²). Économie alléguée par rapport au loyer Messine : 157 K€, soit 0.8 % des produits d’exploitation 2018 (19 m€).

Un delta significatif ! Surtout au regard des principales charges de fonctionnement de la CNCC : études techniques 3 480 K€, Système d’information 1 559 K€,frais de structure 5 542 K€, relations publiques 1 909 K€, relations internationales 1 355 K€,EIP514 K€.
Quant aux synergies, elles ne concerneront que « les sujets techniques », un partage des « services supports » pour « une meilleure efficience des instances », chaque institution conservant son autonomie de fonctionnement  et ses fonctions régaliennes. Soit des économies aux marges du train de vie de l’institution.

Avec des cotisations et des actions de formation en diminution en 2019, on voit mal la situation financière pour 2019 s’esquisser favorablement, sachant que le résultat d’exploitation 2018 est déjà déficitaire de 1 190 K€. La fête risque bien de mal finir… Mais la Profession sera toujours là pour mettre la main à la poche…

Chez VISIONS D’EXPERTS, nous pensons qu’il faut être plus radical et poser la question de l’utilité de la CNCC, d’autant que le thème d’un rapport direct entre le H3C et les Compagnies régionales commence déjà à être abordé par le H3C. Les professionnels libéraux que nous sommes ne se porteront que mieux à ne plus financer, outre des dépenses somptuaires, que ce qui les concerne.

Communiqués associés

%s