fbpx

Un peu de décence, Messieurs les Présidents !

Au moment même où la loi Pacte termine son parcours législatif dans des conditions ravageuses, les présidents d’IFEC et ECF ne trouvent rien de mieux à faire que s’écharper par communiqués interposés sur l’article 9 bis A de la loi PACTE, pensant sans doute préserver ainsi la crédibilité électorale et l’avenir de leurs syndicats !

VISIONS D’EXPERTS observe cette misérable échauffourée avec d’autant plus de sérénité que nous renvoyons dos-à-dos les deux syndicats co-responsables du carnage : un peu de mémoire et de décencene leur nuiraient pas !

Sans revenir sur les responsabilités historiques d’IFEC qui conduit de façon despotique la CNCC depuis l’origine et sur celles d’ECF qui n’a jamais eu le courage d’imposer ses vues en affrontant un conflit ouvert mais s’est toujours rallié – VISIONS D’EXPERTS s’est déjà largement exprimé là-dessus – voyons seulement le passé tout récent !

ECF, via son Président parisien Laurent Bénoudiz, s’insurge contre l’article 9 bis A de la loi PACTE dans un courriel adressé le 5 avril dernier au Président du CSO-IFEC Charles-René Tandé.

Est-ce étonnant de la part de quelqu’un qui, le 2 mai 2018, faisait clairement une croix sur le commissariat aux comptes, promouvait l’expert-comptable comme tiers de confiance et, le lendemain même, cosignait avec le même Charles-René Tandé un courrier du CSO-IFEC appelant à participer servilement à l’opération Allo-impôt malgré les insultes que venait de proférer le Ministre de tutelle sur les experts-comptables ?
Pas du tout ! Les missions libérées vont pouvoir être menées par des commissaires aux comptes, et non plus seulement par des experts-comptables !Fini l’expert-comptable interlocuteur privilégié de la PE/PME…

Qu’objectent IFEC dans son mail du 9 avril et le Président du CSO-IFEC dans son Message à la profession francilienne d’hier ? Qu’il n’y a pas de sujet puisque l’interdiction d’autorévision est là pour s’assurer que le commissaire aux comptes ne pourra pas mener de missions désormais libérées ! Encore un misérable rideau de fumée : qui ne voit que cette interdiction est facilement contournée, notamment par les réseaux !

VISIONS D’EXPERTS suggère simplement au Président d’IFEC que son syndicat, via la CNCC, demande au H3C à ce que reste inscrit dans le code de déontologie une mesure d’interdiction absolue. Autant dire que cette proposition de bon sens n’a guère de chance de prospérer…

Pas plus d’ailleurs que cette autre proposition qu’avance VISIONS D’EXPERTS.Le H3C, reprenant une ancienne suggestion d’un Président de la CNCC, IFEC comme tous, propose d’inscrire dans le projet de norme ALPE (audit volontaire limité de 3 exercices) la présence obligatoire du commissaire aux comptes signataire : « Le signataire est l’interlocuteur principal du dirigeant lors des entretiens de prise de connaissance de l’entité, lors de la définition de la démarche d’audit et lors de la restitution des conclusions. » La CNCC s’y oppose !

À qui cela pose-t-il problème ? Aux commissaires aux comptes libéraux ? Bien sûr que non… Aux gros et moyens cabinets représentés tant par IFEC qu’ECF !

Il suffira de suivre le sort qui sera réservé à la clause d’autorévision et à la proposition du H3C d’une présence réelle du commissaire aux comptes pour avoir le témoignage irréfutable de la sincérité de nos représentants soi-disant au service de l’exercice libéral.

Communiqués associés

%s