fbpx

Un bilan simplifié, mais à l’image fidèle…

Que dire à l’issue d’une année qui a durement éprouvé la Profession, et au seuil d’une nouvelle qui ne semble pas devoir lui être plus clémente ?
Par leur incompréhension manifeste, quand ce n’était pas par un mépris affiché sans ménagement, les Pouvoirs Publics ont clairement montré ce qu’ils attendent de nous.
Côté expertise comptable : que nous continuions à les servir docilement en assumant chaque jour davantage les missions qu’ils ne sont plus capables de mener ou qu’ils jugent plus rentable de sous-traiter à de dociles exécutants qui en assument le coût et la responsabilité. En attendant que l’évolution du déclaratif fiscal enrichisse le FEC et son exploitation sur pièces au point de réduire les liasses à un simple tableau de passage comptabilité/fiscalité qui pourra tout aussi bien être rempli par les avocats fiscalistes, ou tout autre acteur, ce qu’ils attendent d’ailleurs sans s’en cacher.
Côté commissariat aux comptes, est-il nécessaire de rappeler de douloureux souvenirs ? Là encore, les Pouvoirs Publics ont été incapables d’apprécier l’utilité – à défaut de l’apport, vu son injustifiable inadaptation au terrain imposée par la CNCC – du commissariat dans les PME. Plutôt que de le supprimer par aveuglement démagogique, n’aurait-il pas mieux valu le redimensionner en l’adaptant ? Mais non. Il a paru plus judicieux de suivre les recommandations d’un comité Théodule au service des grands cabinets internationaux et réseaux d’audit dont on connaît l’aptitude à être de bons conseils en matière de suivi opérationnel des PME…
Il faut dire que, pour en arriver là, il fallait bien l’aide obséquieuse de nos représentants, pour autant qu’on puisse encore les appeler tels. Tant au CSO qu’à la CNCC ils se sont montrés beaucoup plus efficaces à gérer leurs intérêts catégoriels et à assurer la continuité de leurs fonctions soi-disant représentatives – à titre d’exemple, la célébration des noces du CSO avec la CNCC  avec l’absurde autant que coûteux déménagement Porte de Vanves aura lieu dès début janvier – qu’à faire valoir une prise de parole offensive à la hauteur des avatars que la Profession a dû subir sans qu’ils n’aient jamais été capables de faire valoir de réelles contreparties aux sacrifices exigés de nous. À moins bien sûr, qu’on ne juge la mission ALPE comme une grande avancée pour nos pratriques et pour la sécurisation de l’information financière du pays…
Alors que dire, sinon ce que tout le monde redoute ? Avec les mêmes représentants qui appliqueront face à un même Pouvoir politique les mêmes méthodes couronnées du même succès qu’on a connu face à une nouvelle menace – celle du vol pur et simple de nos économies – l’année prochaine nous sera aussi funeste que la précédente. Il est inutile de s’en cacher.
Devons-nous pour autant renoncer ? Autant qu’il est possible : jamais ! Outre que l’abdication ne fait pas partie de l’ADN de VISIONS D’EXPERTS, nous continuerons pour notre part à faire valoir sans moyens financiers une parole libre au seul service de l’exercice libéral de notre métier. Lui seul compte finalement puisque nous l’avons choisi et continuons de l’aimer, même s’il a été en partie dévoyé par l’aveuglement idéologique des uns et la servile incapacité des autres…
D’ici là, gardons confiance en nos compétences, elles sont appréciées de nos clients qui y ont recours. Et souhaitons-nous de passer de bonnes fêtes avec nos proches et nos amis, les vrais…
Stéphane Benayoun

Communiqués associés

%s